Le tri selon la forme, la surface ou la couleur

Le tri selon la forme : le trieur à hélice ou trieur à toboggan

Les graines ayant une forme régulière vont plus facilement rouler sur un plan incliné et seront centrifugées à l'extérieur de l'hélice. À l'inverse, les graines aux formes irrégulières vont rester près de l'axe. Une occlusion au bas de l'hélice permet de séparer les deux catégories.

Photos 5 et 6 : toboggan (10/2016) © L. Zaccagnini

Philippe Guichard utilise le toboggan principalement pour affiner le triage d'un lot de légumineuses et de graines rondes. Ces dernières se sépareront facilement du lot car elles vont plus rapidement prendre de la vitesse et se déporter sur l'extérieur de l'hélice lors de leur passage dans le trieur.

Le tri selon l'état de surface
  • Les trieurs à plans de velours

Les graines roulent sur un plan incliné (table ou rouleau) recouvert de velours. Ce velours accroche les graines rugueuses et laisse glisser les graines lisses. Les graines accrochées au velours sont éliminées vers l'extérieur (machine Rice) ou vers le haut (machine Drapper).

Figure 6 : Schéma de fonctionnement d'un trieur à plans de velours, FAO [3]

  • Le trieur magnétique

Voir zoom sur la cuscute.

Le tri selon la couleur : le trieur optique

Figure 7 : Schéma de fonctionnement d'un trieur otique, Eaglevision [5]

Cet appareil sépare les grains et les impuretés selon leur couleur et leur forme. Le principe de fonctionnement est simple : la récolte circule sur une table vibrante afin de réaliser une couche fine de graines. Celles-ci passent sous un faisceau lumineux et une caméra Infra-Rouge. Des valves positionnées au-dessus et au-dessous de la table soufflent un filet d'air (vers le haut ou le bas) afin de modifier la trajectoire de l'élément à trier et le placer dans le bac qui lui est destiné. [5]

Ce matériel permet d'aller au-delà des limites du tri mécanique en distinguant deux graines dont le poids et la taille sont proches. Le trieur optique est très efficace pour séparer des graines de folles avoines d'une récolte d'orge ou de blé, ou des impuretés comme les cailloux d'une récolte de lentille. Le trieur optique peut être utilisé pour des usages particuliers, comme l'élimination de grains non entiers ou attaqués par la moisissures ou les bruches. Très coûteux, son usage ne peut être amorti qu'avec des gros volumes de graines à trier, ce qui n'est pas le cas pour un tri à la ferme.

Photo 7 : trieur optique de la coopérative Qualisol (10/2016) © L. Zaccagnini

L'avis de Jérémy Greve (coopérative Qualisol):
Le trieur optique réalise le meilleur triage que l'on puisse faire de nos jours mais c'est un outil qui coûte et qui demande de la formation.
- Montant de l'investissement : 250 000€ (+montage + entretien).
- Coût de la prestation pour un agriculteur : 120€ / tonne.
- Son utilisation relève de la programmation informatique et il faut s'y exercer longtemps avant de le maîtriser complètement. Il faut savoir mettre en place différents réglages pour chaque tri qui seront ensuite enregistrés dans la machine pour plus de praticité.

Au final, le tri des semences passe alors par deux opérations : l'émottage (tri des gros déchets) et le criblage (tri des petits éléments).
Il est donc possible, et recommandé, de combiner plusieurs passages du stock à trier dans des machines de tri différentes afin d'avoir un rendu le plus propre possible.

[3] Synthèse technique : Les associations de culture ou cultures associées à visée alimentaire. OSAÉ, Oser l'agroécologie. SOLAGRO. 2014.
[5] http://www.eaglevizion.com/technologie-de-tri-optique-fonctionnement
Aucun commentaire Ajouter un commentaire