Ma stratégie

STRATÉGIE ÉCONOMIQUE

Diversifier pour pouvoir alimenter les marchés toute l’année en légumes.
  • Diversifier au maximum la gamme de légumes et aromatiques
  • Maintenir les rendements
  • Augmenter la production de certains légumes pour augmenter les ventes vers les Biocoop et les jardins du Volvestre
  • Diminuer la part des poireaux coûteux en temps au profit des choux pour les marchés
  • Augmenter la production sous serre pour éviter le creux des mois de mars et avril

STRATÉGIE AGRONOMIQUE

Raisonner au maximum sa rotation et ne pas être dogmatique dans son raisonnement et ses pratiques.
  • Limiter le retour de certaines familles pour éviter les maladies cryptogamiques
  • Maintenir la matière organique du sol en équilibrant les exports / imports de matières
  • Expérimenter les couverts végétaux pour limiter les apports azotés et ramener les résidus de culture
  • Alterner les cultures gourmandes et moins gourmandes par une rotation permettant une bonne gestion de la fertilisation azotée
  • Travailler par bloc pour faciliter les opérations culturales (irrigation, date d'implantation des couverts, etc)

STRATÉGIE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE

Limiter ses impacts et son temps de travail en maintenant une production de qualité
  • Diminuer l'utilisation de plastique non recyclable
  • Raisonner les apports d'eau
  • Limiter les apports azotés extérieurs
  • Diminuer les passages de tracteur et utiliser au maximum la traction animale pour réduire l'impact sur le sol (tassement)
  • Rechercher la diversité variétale
  • Maintenir et augmenter la biodiversité fonctionnelle par l'observation et la conservation des habitats
  • Dégager du temps par le partage des tâches
  • Générer un revenu acceptable

Résilience

La ferme du matet n'est pas totalement autonome vis à vis des intrants. La « résilience » du système repose sur plusieurs critères notamment l'accès à l'eau qui, pompé dans la Garonne, n'est pas aujourd'hui un facteur limitant ; la diversité des ateliers de production et des points de vente.

Cette diversité limite les risques pour la ferme.

En réflexion constante pour limiter les apports d'intrants extérieurs, le système est encore très dépendant des achats de plants et de la pérennité du pépiniériste.

Mon niveau d'expérience

Les 3 associés ont des parcours différents : de la recherche à la pratique, tous ont développé des savoirs-faire complémentaires (production, traction animale et impact sur le sol, reconnaissance des ravageurs, etc.).

« Le fait d'être 3 est la clé de notre réussite ». Ce rythme de travail leur permet de dégager du temps, de ne pas s'épuiser et de partager la prise de décision. Il permet également de répartir les tâches, de prendre le temps d'observer et d'entretenir ses réseaux pour améliorer leurs compétences agronomiques et de gestion.

Seul Julien avait des compétences en production maraichère. Lucie et Virginie se sont formées peu de temps avant leur installation au travers de visites chez des maraichers et de formations pratiques. Leurs formations académiques est un atout pour divers aspects liés à la production maraichère (entomologie, approche globale et systèmique, etc.).

Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Vidéos

Contact

Lucie RAYMOND, Virginie GUYOT et Julien SERRE

GAEC la Ferme du Matet
1 bis chemin des Boupax
31220 Martres Tolosane
Site : la ferme du Matet (facebook)
Email : lafermedumatet@gmail.com