Mon système

INTRANTS 2019

Fioul et gazole = 5857 litres soit  80 litres/ha

 

Irrigation = aucune

 

Apports organiques :

  •  120 t  de compost de champignonnière (localisée à 100 km) à base de fumier de cheval, de mouton et de volaille mais aussi de la craie. Il est épandu uniquement sur la luzerne et le tournesol. Ce compost est échangé contre 40 t de paille d'épeautre et de blé
  • Du patenkali est apporté tous les 5 ans à raison de 300 kg/ha (qui titre à 30% de potasse soit une moyenne de 18Kg de K/ka).

 

Produits phytosanitaires

Semences = 5000€

 

On recherche l'autonomie en semences car elles coûtent chères et pour cela on s'est équipé d'un trieur. La ferme produit l'essentiel de ses semences. François possédait un mélange de blé population (une cinquantaine de variétés) mais qu'il a d'abandonné. Il utilise aujourd'hui encore deux variétés anciennes : le Rouge de Bordeaux (bien adapté ici) et le Probus à grain rouge (qui possède une bonne teneur en protéines mais qui a des pailles trop hautes) et deux variétés modernes (Lukullus et Togano). Lukullus est un blé barbu demi-tardif à précoce assez sensible à la verse, compétitif vis à vis des adventices et recommandé en meunerie. Le petit épeautre est la variété de Haute-Provence. Le pois chiche est la variété Twist. Concernant la lentille, la semence a été rachetée. Il n'existe qu'une seule variété, l'Anicia


VENTES 2019

 

Toutes les graines produites (hors luzerne) sont transformées sur la ferme ou via le GIE et vendues soit en circuits de proximité (sur la ferme ou sur des marchés) soit en circuits courts (BIOCOOP...) : tournesol et cameline en huile ou en graines décortiquées, petit épeautre, sarrasin et blé en farine ou en pain, légumineuses (en farine ou en grain). La ferme possède en propre un petit moulin pour fabriquer de la farine de blé pour l'activité de panification à la ferme.

 

La ferme commercialise sur place essentiellement le pain mais aussi les autres produits de la ferme et ceux du SAS. Il existe une petite boutique à côté du fournil installée dans le corps de la ferme. Les parents de François ont un camping dans le même hameau qui permet aussi d'écouler une partie de la production. La ferme organise aussi dans sa cour un marché paysan bio qui réunit une vingtaine de producteurs tous les premiers vendredis de chaque mois en après-midi et en soirée entre avril et décembre (l'été les marchés sont doublés). Environ 300 personnes viennent acheter, ce qui est une vraie réussite. La ferme participe aussi à un marché bio sur Angoulême le second et quatrième vendredi du mois ainsi qu'un marché dans un village voisin le samedi matin.

 

Le GIE a été transformé en SAS en 2019 qui regroupe maintenant 16 agriculteurs mais aussi BIOCOOP et Etiquable. Cette société permet de mutualiser les moyens que certains petits agriculteurs céréaliers (50 à 75 ha) ne pourraient acquérir seuls. La SAS permet une mise en commun des moyens : une huilerie, un droit de mouture et deux tables densimétriques, un trieur alvéolaire et un autre trieur utilisé pour séparer 2 types de graines (et pour ensacher en gros sac) et des ensacheuses ainsi qu'un bâtiment de stockage.

 

Le tri des graines, une partie du stockage, le conditionnement, les préparations des commandes et les livraisons se font sur la ferme de Chassagne dans un hangar existant et un bâtiment spécialement aménagé pour le stockage et le conditionnement.

 

  • Céréales-légumineuses

Le blé : 90% transformé en farine puis en pain sur la ferme. Le GIE achète le blé 420€/T et le commercialise la farine en différents conditionnements. La farine, elle, est vendue en sac de 1 kg (prix 1,61€/kg), en sac de 5 kg (prix 1,47€/kg) et en sac de 25 kg (prix 1,33€/kg). Le pain est vendu en moyenne à 4 €/kg.

 

Le petit épeautre est vendu 700€/T au GIE. La transformation en farine entraine une perte de 50% par rapport au rendement brut (30 à 35% pour enlever l'enveloppe et 20% pour la farine). La farine de petit épeautre est vendue par le GIE au prix de 4 €/kg. 35Kg par mois de farine de petit épeautre sont transformés en pain. Le pain de petit épeautre est vendu en moyenne au prix de 8,2€/kg.

 

La lentille est vendue au GIE au prix de 1450€/T.

 

Le tournesol linoléique pour l'huile est vendu au GIE au prix de 550€/T. Le GIE revend l'huile au prix de 3,72€/l.  Le tournesol pour la production de graines décortiquées est vendu au GIE 800€/T.

 

Le sarrasin est vendu au GIE au prix de 800€/T

 

La luzerne est vendue au voisin à 150€ /T.

ASSOLEMENT 2018


ÉQUIPEMENT 2019

  • Tracteurs

MB Trac 1000  100 CV (âge 22 ans) : labour, déchaumage, cultivateur

MB Trac 800 80 CV (âge 24 ans) : préparation des semis, fauche, roulage, semis, écimage

  • Outils de travail du sol

Porte outil Fendt (âge 32 ans)  : binage

Cultivateur Morris 4,5 m (âge 9 ans) 

Déchaumeur chisel Morris 3,2 m (âge 7 ans) 

Carrier /déchaumeur à disques en CUMA

Vibro-rouleaux 4 m (âge 12 ans) 

Herse étrille 9 m (achetée en 2011)

Charrue 4 socs réversible (achetée en 2012)

 

  • Autres outils

Moissonneuse-batteuse New (âge 12 ans) 

Semoir à disques 4 m (âge 10 ans) 

Remorque

 

  • Bâtiments :

Hangar de stockage de matériel

  • Stockage, transformation, vente

3 cellules (100 t)

Ventilateurs

Venti-cône

Tale densimétrique bulher

Table densimétrique Kip Kelly

Table densimétrique

Matériel de meunerie

Magasin de vente à la ferme

Rotation type

Luzerne implantée pendant 3 ans (labourée à noël)
Tournesol semé en avril
Blé semé en octobre avec un engrais vert de trèfle violet implanté dans le blé au printemps. Une fois le blé moissonné début juillet, le trèfle permet de couvrir le sol jusqu’à l’implantation de la le
Lentille ou pois chiche
Petit épeautre ou blé de population
Pois chiche
Tournesol
Petit épeautre. La luzerne est implantée dans le petit épeautre au printemps

Rendements

 

  2015 2017 2018
Blé 25 qx 20 qx 18 qx
Petit épeautre 17 qx 18 qx 18 qx
Tournesol oléïque 18 qx 29 qx 12 qx
Tournesol consommation 10 qx 14 qx  
Lentilles 3 qx 10 qx 7 qx
Pois chiche 7 qx 15 qx 18 qx
Féverole     12 qx
Sarrasin 13 qx    
Luzerne 6 T 5 T 7,9 T

 

Les résultats économiques

 

Le chiffre d'affaire du GAEC est estimé en 2015  à 123.209 € (135.000 € en 2017), soit un chiffre moyen par hectare de 2.020 €. Les aides de la PAC s'élèvent à 16.530€ (DPB et aide au maintien de la bio) soit 271€/ha de SAU. Les légumes à graines, le tournesol et les céréales amènent un chiffre d'affaire moyen compris entre 600€ et 1000€ par hectare. La valeur ajoutée est 10 fois plus élevée quand le blé ou le petit épeautre est transformé en pain (entre 8.000 et 12.000 €/ha). Cependant cette transformation génère des charges importantes.

En 2015 les aides au maintien de la bio se sont élevées à 130€/ha. Elles représentent 14% du chiffre d'affaire. La vente de luzerne n'est pas négligeable puisqu'elle représente 15% des ventes de végétaux 16.200 €.

 

Chiffre d'affaire 2015 du GAEC en fonction des différents produits

Les charges opérationnelles représentent 30.000 €. Les charges de structures sont importantes du fait de la transformation et se montent à 50.000€. L'EBE est de 48.209 €.

 

Nombre d'UTA 2
Ventes 106 679 €
Aides PAC 16 530 €
Autres revenus 5 000 €
Charges opérationnelles 30 000 €
Dépenses de structure 50 000 €
 Excédent Brut d'Exploitation 48 209 €

 

Frais financiers sur emprunt 1 500 €
Amortissements 20 000 €
Résultats courants 26 709 €
Résultats courants / UTA 13 355 €
Remboursement de capital 15 000 €
Revenu disponible 31 709 €
Revenu disponible / UTA 15 855 €

 

Indicateurs sociaux

 

La ferme emploie deux salariés : un qui s'occupe de l'entretien des bâtiments et des machines, et un qui travaille au fournil. Elle accueille également deux jeunes allemands en service civique.

François est administrateur de la Maison de l'Agriculture Biologique (MAB) et s'occupe de la commission "grandes cultures" qui vient d'embaucher un technicien. Les thèmes de travail concernent : le binage, les inter-cultures, le contrôle de « l'ensalissement » sur le rang, les semences.

 

Performances agro environnementales

 

  • Radar de l'année 2018

Le bilan des minéraux (méthode CORPEN) est équilibré pour l'azote (+14kg N/ha) mais déséquilibré pour le phosphore (-20 kg P/ha) et la potasse (-46 kg de K/ha).

 

La consommation d'énergie directe et indirecte est estimée à 228 EQF/ha (équivalent litre de fioul). Cette faible consommation d'énergie est dûe à la forte part de légumineuses. Les principaux postes sont le carburant (46%), le matériel (24%), l'engrais Patenkali et le compost (30%) L'efficacité énergétique de cette ferme est élevée : 5,27. Il faut 24 EQF pour produire 100kg de grains (sans compter le foin de luzerne).

 

Les émissions de gaz à effet de serre sont estimées à 42 t CO2/an soit 565 kg par ha. Environ 8 tonnes de carbone sont stockées chaque année dans le sol et les arbres soit une compensation des émissions d'environ 20%. 66% des émissions sont du CO2 et 34% du N20 émis par les sols. L'énergie directe représente 39% des émissions, la fabrication du matériel 27% et les émissions du sol 34%.

Aucun commentaire Ajouter un commentaire

Vidéos

Contact

Celine et François Peloquin

La ferme de Chassagne
Chassagne
16240 Villefagnan
Me contacter